David Azencot

Après le succès de ses deux premiers spectacles, le co-auteur du studio Bagel revient avec « Animal » !

A 45 ans, ce scénariste et comédien français n’a pas sa langue dans sa poche. Petit, il passait déjà son temps à faire rire sa famille et ses copains et est allé jusqu’à prendre des cours au Cours Florent. Passionné par les mots et bon élève, il rêvait d’être journaliste mais après avoir étudié à Science po, il s’oriente vers la pub et devient créatif chez l’agence de publicité Havas en 1999.
Mais alors qu’il se sentait censuré par un domaine aussi codifié que la publicité, l’artiste quitte la profession après 9 ans et décide de laisser parler sa créativité dans la comédie. Bien qu’il ait fait le Cours Florent dans le but d’apprendre à diriger des acteurs, l’envie d’écrire et interpréter ses propres textes apparait rapidement.

Après le succès de ses deux premiers spectacles, le co-auteur du studio Bagel revient avec « Animal » !

A 45 ans, ce scénariste et comédien français n’a pas sa langue dans sa poche. Petit, il passait déjà son temps à faire rire sa famille et ses copains et est allé jusqu’à prendre des cours au Cours Florent. Passionné par les mots et bon élève, il rêvait d’être journaliste mais après avoir étudié à Science po, il s’oriente vers la pub et devient créatif chez l’agence de publicité Havas en 1999.
Mais alors qu’il se sentait censuré par un domaine aussi codifié que la publicité, l’artiste quitte la profession après 9 ans et décide de laisser parler sa créativité dans la comédie. Bien qu’il ait fait le Cours Florent dans le but d’apprendre à diriger des acteurs, l’envie d’écrire et interpréter ses propres textes apparait rapidement. Il se lance alors dans l’écriture de textes pour la radio et la réalisation de courts-métrages. Il commence ensuite le stand up à 36 ans en se produisant sur un plateau à Pigalle.
Fan de Pierre Desproges et des Nuls, le stand-uppeur aborde l’humour avec beaucoup de sarcasme et de cynisme et ne s’interdit aucun sujet :
« On peut rire de tout mais pas n’importe comment. »

Dans un humour trash, David Azencot aborde des sujets comme le terrorisme, l’écologie, la religion ou encore l’intégrisme sans concessions.
« Un enfant de plus c’est un adulte de trop ».
Il dit lui-même que son spectacle n’est ni bienveillant, ni optimiste. Il y exprime ses doutes, ses colères, ses interrogations dans une ironie mordante, teinté d’humour noir et absurde.

En grand créatif qu’il est, le comédien qui a participé au festival de Youhumour de Lyon en 2016 a un CV bien fourni :
Il a animé avec Romain Cheylan le Breaking News Comedy au Jardin Sauvage, mais a également été auteur et chroniqueur pour de nombreuses chaînes. Il a en effet écrit pour « Rendez-Vous Avec Kevin Razy » depuis février 2017 sur Canal Plus, « Golden Moustache fait son cinéma » en 2017 sur W9, « Le Dézapping du Before » de 2013 à 2015 pour Canal Plus, « Docteur CAC » pour France 5, « En Famille » sur M6 et bien d’autres.
Vous le connaissez par ailleurs certainement pour son travail en tant que membre du Studio Bagel ou encore pour sa chronique dans l’émission « Ca Pique Mais C’est Bon » présentée par Anne Roumanoff de 2016 à 2017 sur Europe 1.
L’humoriste a également fait partie du Talent Show, la soirée « Rires » et s’exprime, certes sur scène, mais aussi sur YouTube à travers des vidéos intitulées Hell’o.
Après « Fils de Pub », son premier spectacle, et « Inflammable » qu’il joue encore dans certaines salles, David Azencot en reste là avec son passif de publicitaire et revient en abordant de nouveau sujets avec un tout nouveau spectacle, « Animal », qu’il joue au Point-Virgule jusqu’au 24 juin 2020.