Seb Mellia

Podcasts, YouTube, scènes ouvertes… l’humoriste ne s’offre aucun répit et continue son spectacle « Seb Mellia ne perd jamais. »

Né d’un père français et d’une mère réunionnaise en 1985 à Villeparis en Seine-et-Marne, Seb Mellia est un humoriste qui cumule déjà plus de 10 ans de carrière. Petit, il avait déjà une passion pour le storytelling et faisait rire ses camarades en leur racontant ses anecdotes lorsqu’il revenait de la Réunion, mais jusqu’en 2006, l’artiste s’orientait plutôt vers une carrière d’avocat. C’est donc après un an de fac de droit à la Sorbonne qu’il rencontre un drôle d’individu dans le bus qui dit être dans le showbiz et l’incite à devenir comique.

Podcasts, YouTube, scènes ouvertes… l’humoriste ne s’offre aucun répit et continue son spectacle « Seb Mellia ne perd jamais. »

Né d’un père français et d’une mère réunionnaise en 1985 à Villeparis en Seine-et-Marne, Seb Mellia est un humoriste qui cumule déjà plus de 10 ans de carrière. Petit, il avait déjà une passion pour le storytelling et faisait rire ses camarades en leur racontant ses anecdotes lorsqu’il revenait de la Réunion, mais jusqu’en 2006, l’artiste s’orientait plutôt vers une carrière d’avocat. C’est donc après un an de fac de droit à la Sorbonne qu’il rencontre un drôle d’individu dans le bus qui dit être dans le showbiz et l’incite à devenir comique.
Voyant l’ampleur que commence à prendre le stand-up à cette époque, Seb suit ces conseils, quitte la fac, prend des cours de théâtre et monte sur scène à l’âge de 20 ans. Cependant, cela ne l’a jamais épanoui et il décide un jour d’arrêter ces cours pour jouer son propre rôle dans des sketchs sur scène.
Il découvre alors le Jamel Comedy Club et, parallèlement à son job chez McDonald’s, arpente les scènes ouvertes de Paris en 2006 et se fait rapidement remarquer par Jamel qui lui donne l’opportunité d’intégrer le JCC en 2007 pour la saison 2 de l’émission.
Depuis, il se produit au Paname en 2011 et reste attaché aux scènes ouvertes et joue en parallèle son spectacle évolutif « Seb Mellia ne perd jamais », référence au fait qu’il ne puisse pas échouer sur scène en étant lui-même. Des sketchs dans lesquels il s’inspire de sa vie quotidienne et nous offre un storytelling inspiré par Richard Pryor ou encore Woody Allen.
En France, ses influences se portent sur Coluche et Manu Payet dont il est fan, mais également sur des artistes plus récents tels qu’Adrien Arnoux, Rémi Boyes ou encore Joseph Roussin.
« J’ai ce besoin viscéral de tester des choses et de raconter ma vie aux gens. Prendre ce qu’il y a de plus sombre en moi pour le sortir et en faire quelque chose de drôle. C’est une thérapie. »

Le standupper se sert de l’humour comme d’un échappatoire qui lui permet de faire ressortir tout ce qu’il a sur le cœur. Il livre avec une voix posée et un humour moqueur teinté de beaucoup d’impro ses galères de la vie quotidienne, sa vie amoureuse, ses déceptions, ses hontes et ses humiliations en toute humilité : « vous savez comment on appelle les mecs comme moi en prison ? L’apéritif ! »
Avec spectacle intime en toute autodérision qui le rend attachant et proche du public avec lequel il n’hésite pas à interagir, Seb Mellia se place comme un pro du storytelling, bien qu’il se dépeigne comme un éternel loser.

En plus de sa participation au Jamel Comedy Club lors des saisons 2 et 9, l’humoriste a pu jouer la première partie de Gad Elmaleh lors de son spectacle « Sans Tambour » à l’Olympia en 2014 à l’issue d’un concours organisé par le géant de l’humour.
Vous avez également pu le voir dans l’émission « Le Grand 8 » avec Laurence Ferrari sur D8, lors du gala Bref à Montreux sur France 4 en 2013 et dans l’émission Repérage de Canal Plus.
En 2008, Seb Mellia apporte son aide aux jeunes talents en créant une scène ouverte baptisée Comedy School qui lui ouvrira les portes du Bordel Club en 2010 et, deux ans plus tard, il aura même un rôle dans deux épisodes de la série événement « Bref ».
S’il vous a échappé lors de ses chroniques d’actualité « Le Monde vu par Seb Mellia » sur la radio Beur Fm, vous l’avez au moins certainement vu dans l’un des contenus qu’il produit sur le web. En effet, l’artiste tient une page YouTube sur laquelle il poste certains de ses passages exclusifs de stand up comme « la quête du préservatif » et « mes pires débuts de spectacles », mais aussi des vlogs, des podcasts en face cam’ et un podact audio sobrement baptisé « quatre comiques dans le vent mais à contre-sens » dans lesquels il fait venir 3 ou 4 comiques qui ont le vent en poupe pour parler d’actualité, de leur vie etc.
Lors de sa crise de couple, il a également lancé en 2018 une autre chaine intitulée « une heure avant la rupture » dans laquelle il réglait hebdomadairement ses comptes avec son ex dans un podcast audio où, là encore, ils parlaient actualité et couple. Podcast qui a pris fin après 40 épisodes…
Son spectacle « Seb Mellia ne perd jamais » continue d’évoluer avec de nouvelles blagues et histoires, spectacle qu’il joue en ce moment notamment à Paris au théâtre « Le République » jusqu’au 28 mars.